Revue Le Sabord, no 113
Revue Le Sabord, no 113
Fugues
Collectif  
  • Éditeur : Art Le Sabord
  • Collection : Art Le Sabord
  • EAN : 9782924085479
  • Code Dimedia : 000184516
  • Format : Revue & périodique
  • Thème(s) : BEAUX-ARTS, LITTÉRATURE - FICTION & ESSAI
  • Sujet(s) : Arts, Arts - Québec / Canada, Littérature - Divers, Littérature québécoise
  • Pages : 64
  • Prix : 14,95 $
  • Paru le 21 mai 2019
  • Plus d'informations...
EAN: 9782924085479

Premier numéro d’un diptyque sur le nomadisme et la sédentarité. Le Sabord vous convie à fuguer, à tout quitter sans prévenir quiconque, en quête de trajectoires inédites, exotiques. À vous évader en musique, à épouser les notes de la fugue, musique de fuite et de poursuite, de la contre-fugue et ses contresens. Faites vous nomade le temps de ce numéro de printemps.

Auteurs : Laurence Bertrand, Patrick Brisebois, François Désaulniers, Nicholas Giguère, André Hamel, Catherine Harton, Catherine Anne Laranjo, Joanne Morency et Michel Pleau.
 
Artistes visuels :
Martin Bureau, Frédéric Cordier, Caroline Fillion, Jean-Pierre Gauthier, Mathieu Gotti et Léna Mill-Reuillard.
 
Entretiens avec :
Kevin Lambert et Eastern Bloc.

AUTEUR(S)

Laurence Bertrand est née en 1996. Inscrite à l’Université Laval en études littéraires, Laurence Bertrand écrit de la poésie depuis l’âge de 17 ans. Lauréate du prix Jean-Lafrenière–Zénob 2019 et finaliste du prix Piché de poésie 2018, elle tente, avec enthousiasme, de trouver sa voie poétique. Vous pouvez la suivre sur Facebook : Laurence Bertrand – Poésie.
 
Patrick Brisebois, né en 1971 à Verdun, est l’auteur des romans Que jeunesse trépasse (L’Effet pourpre), Trépanés, Chant pour enfants morts (Le Quartanier) et Catéchèse (Alto) ainsi que du recueil de poésie Carcasses au crépuscule (L’Écrou). Il habite à Louiseville (Mauricie). Son dernier roman, Le modèle de Nice, est paru en novembre 2018 aux éditions Le Quartanier.
 
François Désaulniers est auteur et musicien. Son premier roman, L’aiguilleur (Druide, 2013), a reçu la Mention d’excellence de l’Association des écrivains francophones d’Amérique. Dans ce récit fabulé, un étudiant flâne dans la ville en réfléchissant sur le libre arbitre, le vertige des possibles et le potentiel surréaliste du quotidien. En 2019, François Désaulniers continue d’explorer l’univers de ce livre en faisant paraître l’album de chansons Intraordinaire.
 
Né en 1984, Nicholas Giguère a obtenu un doctorat en études françaises de l’Université de Sherbrooke. Il a publié des textes dans les revues Boulette, Cavale, Le Crachoir de Flaubert, Les Écrits, Lieu commun, Le Pied, Le Sabord et Moebius. Il a aussi fait paraître Marques déposées (2015), aux Éditions Fond’tonne, et Queues (2017), chez Hamac, en plus d’avoir été écrivain en résidence au Crachoir de Flaubert en 2017-2018. Son plus récent titre, Quelqu’un, a été lancé chez Hamac.
 
André Hamel est né à Grand-Mère en 1944. Il a publié un premier roman, Mourir d’oubli (Leméac, 2017), et s’apprête à mettre la touche finale à un deuxième pour ensuite/enfin passer à un troisième. Deux de ses nouvelles ont paru dans les numéros 137 et 147 de la revue Mœbius. Quant à ses poèmes d’adolescent, ils demeurent à ce jour introuvables, ce qui ne lui cause aucun regret.
 
Catherine Harton a publié quatre recueils de poésie aux éditions Poètes de brousse. Elle a été finaliste au prix Émile-Nelligan, au prix Estuaire-Bistro Leméac ainsi qu’au prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec. En 2013, elle a remporté le prix Félix-Antoine-Savard de poésie. À l’hiver 2015, elle a publié aux éditions Marchand de feuilles son premier recueil de nouvelles, Traité des peaux, pour lequel elle a été finaliste au Prix des cinq continents de la Francophonie et au Prix du Gouverneur général. Elle étudie en travail social à l’UQAM.
 
Catherine Anne Laranjo a 30 ans, vit à Montréal et vient au monde. Elle est candidate à la maîtrise en création littéraire à l’UQAM, où elle s’intéresse à la vie-poésie, à l’écriture voyageuse et aux espaces où ça (se) touche. On dit d’elle qu’elle a la maladie de la beauté, mais c’est surtout qu’elle est fascinée par la lumière, les trous, la synchronicité, la vie nu-pieds, l’origami, Leonard Cohen, les murmurassions et « ce que nous voyons ce qui nous regarde », qu’elle fomente et fermente tour à tour dans les mots et dans la vie.

Joanne Morency vit à Maria en Gaspésie. Elle signait cet hiver son cinquième livre de poèmes chez Triptyque – Groupe Nota bene. Elle a aussi publié aux Éditions David deux livres de haïbuns (récit et haïkus). Son œuvre lui a valu plusieurs récompenses, dont le Prix de poésie Radio-Canada 2015 et le Prix du récit Radio-Canada 2014.
 
Michel Pleau est originaire du quartier Saint-Sauveur à Québec. Il y a plus de 25 ans, il publiait son premier recueil. Depuis, il ne cesse d’apprendre à lire et à écrire de la poésie. Il a reçu le Prix du Gouverneur général 2008 pour La lenteur du monde, publié aux Éditions David. Ses recueils ont aussi été publiés par les Écrits des Forges et les Éditions du Noroît. Il aime les livres et fouiller dans les librairies d’occasion.




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.