Cosmopolitiques, no 12
Cosmopolitiques, no 12
Que faire... des partis?
Collectif  
  • Éditeur : Apogée
  • Collection : Cosmopolitiques (#12)
  • EAN : 9782843982415
  • Code Dimedia : 16198241
  • Format : Revue & périodique
  • Thème(s) : SCIENCES HUMAINES & SOCIALES
  • Sujet(s) : Politique
  • Pages : 176
  • Prix : 36,95 $
  • Paru le 20 octobre 2006
  • Plus d'informations...
EAN: 9782843982415

Plus de cent ans après le « Que faire ? » de Lénine, en 1902, la mise en question de la forme parti est indispensable. Lorsque les cosmopolitiques se proposent de contribuer à la composition d'un monde commun, elles sont loin de tout modèle guerrier sous-entendu dans le terme même de militants. Pourtant, il faut bien passer à la décision mais aussi à la désignation de responsables, à la sélection des candidats aux élections, candidats bien vivants avec leurs objectifs, leurs compétences et leurs passions et pas seulement porte-parole abstraits d'un programme. Le malaise des militants est particulièrement vif en France et dans tous les secteurs de la représentation (politique, associative ou syndicale). Les tentatives pour faire de la politique autrement ne semblent pas avoir porté leurs fruits pour l'instant, chez les Verts par exemple.

Faut-il s'adapter encore plus aux institutions (modes de scrutin) et aux exigences de la démocratie d'opinion ou faut-il au contraire revoir les formes mêmes des partis pour leur donner déjà un pouvoir de composition véritable ? Plusieurs contributions reviennent sur les raisons de cette défiance : contradictions programmatiques ? Impératifs de survie ? Effet des institutions françaises peu favorables à la société civile ? Risques intrinsèques à la démocratie représentative ? Diverses solutions sont esquissées, non convergentes. Si l'on veut que la démocratie auto-limite ses tendances naturelles à l'oligarchie, l'un des leviers sera sans doute de réinventer cette forme parti.

Nous pratiquons désormais des « cosmopolitiques » parce que les liens qui nous attachent à nos mondes ne sont pas à trancher mais à rediscuter, parce que la complexité est la base même de toute l'écologie, parce que l'incertitude de notre temps rend caduques ou ridicules les prétentions dogmatiques ou technocratiques. Ces « Cahiers théoriques pour l'écologie politique » se veulent une contribution régulière pour penser l'activité politique des acteurs qui font tenir ces collectifs incertains, qui cherchent à recomposer des espaces de pouvoir ouverts.




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.