Rome par ses historiens
Rome par ses historiens
Collectif  
Aziza, Claude (Introduction de) 
Rousset, Cathy (Introduction de) 
  • Éditeur : Belles Lettres (Les)
  • Collection : Hors-collection
  • EAN : 9782251444529
  • Code Dimedia : 63044452
  • Format : Broché
  • Thème(s) : GÉOGRAPHIE & TOURISME, SCIENCES HUMAINES & SOCIALES
  • Sujet(s) : Antiquité, Histoire & géographie, Histoire & politique, Histoire & sociologie, Italie
  • Pages : 376
  • Prix : 67,95 $
  • Paru le 7 janvier 2013
  • Plus d'informations...
EAN: 9782251444529

Il existe bien des anthologies d'historiens antiques, grecs ou latins. Abondent les recueils de textes, les biographies d’empereurs, les récits de batailles, regroupés au hasard des études et des synthèses. Mais jamais selon une simple ligne directrice : une histoire complète avec un début (légendaire) et une fin (mythique).
 
Histoire de Rome, mais quelle Histoire ? Avant tout, celle que nous racontent les historiens. Ce qui est logique. Même si, parfois, les auteurs n’ont pas hésité à avoir recours à d’autres écrivains, des poètes, un romancier, des apologistes. Ce qui revient à une sorte de chanson de geste ou de tapisserie de Bayeux qui met en relief les grands moments historiques ou les plus pittoresques, parce que les plus connus.
 
Ceux qui sont dans toutes les mémoires : les jumeaux et la louve, les oies du Capitole, les éléphants d’Hannibal, la révolte des gladiateurs, l’incendie de Rome et sa « chute ». Portraits gravés au burin. Les pères fondateurs : Brutus, Cincinnatus, Camille, Caton. Les ennemis : Hannibal, Vercingétorix, Jugurtha, Attila. Les révoltés : Spartacus, Catilina (c’est Cicéron qui fait la comparaison). Les seigneurs de la guerre : Marius, Sylla, César, Pompée, Crassus. Les empereurs, sages et "fous", depuis Auguste jusqu’au petit Romulus Augustule. Les femmes de cœur et de corps, de pouvoir et de devoir : Cléopâtre, Agrippine, Messaline, Zénobie, Théodora. Et puis la foule des barbares qui se pressent au limes : Goths et consorts, Vandales, Huns, face aux derniers défenseurs de Rome : Aetius, Ricimer, Stilicon. Enfin, ces voix nouvelles qui sont chrétiennes : apologistes et historiens ecclésiastiques.

C’est tout cela qui compose, en une sorte de fresque épique et baroque, dramatique parfois, pathétique souvent, mille ans et des poussières d’Histoire romaine.




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.