De quoi Total est-elle la somme?
De quoi Total est-elle la somme?
Multinationale et perversion du droit
Deneault, Alain  
  • Éditeur : Ecosociété
  • Collection : Ecosociété
  • EAN : 9782897192259
  • Code Dimedia : B0009255
  • Format : Broché
  • Thème(s) : SCIENCES HUMAINES & SOCIALES
  • Sujet(s) : Politique, Sciences humaines - Divers
  • Pages : 440
  • Prix : 34,00 $
  • Paru le 13 mars 2017
  • Statut : Disponible
  • Code de recherche: QUOTES
  • Groupe: Politique
  • Date de l'office: 9 mars 2017
  • Langue d'origine: français
EAN: 9782897192259

Aussi disponible en version numérique:

pdf_25ePub_25

La loi que le pouvoir pervers conçoit ne s’oppose pas au dispositif légal traditionnel, mais l’avale.
Alain Deneault
 
« Total » : c’est ainsi qu’on a choisi de la nommer, comme dans un mauvais film tout en hyperboles. En s’attribuant ce nom en 1953, la Compagnie française des pétroles trahit sa mégalomanie. Active dans plus de 130 pays, cette société s’affaire à exploiter, traiter et distribuer des produits issus du pétrole, tout en étant présente dans le gaz et l’industrie chimique. Mais Total, c’est d’abord un pouvoir tentaculaire : à la fois politique – lobbying intimidant auprès des autorités, trafic d’influence et commissions occultes, pillage des ressources au détriment des peuples et de l’environnement, et commercial – manipulation des prix à son avantage, compétition déloyale avec ses petites concurrentes, évasion et évitement fiscaux.
 
Un formidable pouvoir d’occupation, d’accaparement et de destruction. Dans cet essai, Alain Deneault démontre que le cas Total ne témoigne pas seulement du pouvoir de cette entreprise en particulier, mais de celui d’une poignée de multinationales qui font aujourd’hui la loi. Qui détient désormais la souveraineté, c’est à dire cette capacité qu’a le pouvoir de peser sur le cours de l’histoire ? Car le type de criminalité dont il s’agit ici, « à cravate » ou « en col blanc », ne saurait être sanctionné : c’est une criminalité que les puissants arrivent à mener à l’intérieur ou en marge du droit. Ce droit qu’ils ont le pouvoir de façonner à leur avantage, des codes de loi aux logiques procédurales en passant par la « loi de la mondialisation », vaste fourre-tout qui permet aux multinationales de jongler avec des systèmes de lois qui débordent les uns sur les autres et de se faufiler sans cesse dans les interstices de non-droit.
 
Ainsi, Total fait la loi et sait se placer littéralement hors la loi. Dans un ouvrage qui allie à la fois une thèse politique forte dévoilant toutes les facettes de cette nouvelle forme de totalitarisme pervers, le livre se structure autour de 13 cas édifiants, tous parfaitement documentés, correspondant chacun à une région où la firme est active et à une problématique particulière :
 
Cas 1 – Naître légalement hors la loi – La Compagnie française des pétroles en Irak
Cas 2 – Subvertir l’État postcolonial – Les services secrets d’Elf au Congo-Brazzaville
Cas 3 – Posséder en droit dans un contexte d’illégalité – La dette publique en Algérie
Cas 4 – Commettre le crime dans les termes de la loi – Arguties judiciaires au Gabon
Cas 5 – Exploiter la vacuité du droit international – La CFP-Total en Afrique du Sud et en Rhodésie
Cas 6 – Mobiliser des mercenaires en soutien à une dictature – Guerre privée permanente en Angola
Cas 7 – Contrôler les prix et transférer ses profits dans les paradis fiscaux – La CFP-Total et Elf intègrent les logiques de
cartels en France
Cas 8 – Sacrifier en toute légalité peuples et écosystèmes – Pollution durable au Nigeria
Cas 9 – Prendre le contrôle des fonds souverains – Acoquinement politique au Canada
Cas 10 – Solder à rabais des actes criminels par des ententes hors cour – Travail forcé et « démocratie disciplinée » au Myanmar
(Birmanie)
Cas 11 – Pratiquer le doux commerce et le lobbying à grande échelle – Corruption tranquille en Iran
Cas 12 – Envahir un pays sous l’égide de l’ONU – Pillage sous couvert d’aide humanitaire en Libye
Cas 13 – Se jouer des consultations publiques – Intrusion industrielle en Bolivie et en Argentine
 
Poursuivant son travail d’analyse politique fouillé, Alain Deneault livre ici un essai solide où Total devient un idéal-type, un cas d’école pour appréhender le pouvoir omniscient et pervers des multinationales. Puisqu’il est toujours plus aisé de combattre une entité que l’on comprend, la lecture de cet ouvrage nous rappelle que les peuples doivent urgemment reconquérir leur souveraineté politique.
 




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.