Revue Otrante, no 38
Revue Otrante, no 38
Mutations 1: corps posthumains
Collectif  
  • Éditeur : Kimé
  • Collection : Revue Otrante (#38)
  • EAN : 9782841747269
  • Format : Revue & périodique
  • Pages : 216
  • Prix : 39,95 $
  • Paru le 18 janvier 2016

Depuis l'Antiquité s'élabore un grand mythe qui traverse notre culture et consiste à fabriquer un être artificiel, un être qui est aussi souvent augmenté. Créé sur le mode de l'imitation de l'être humain, les créatures artificielles et/ou augmentées s'inscrivent par ailleurs généralement dans une rhétorique du monstrueux ou de l'altérité. Image déformée, réfractée ou révélatrice de l'humain, les représentations imaginaires de ces êtres obligent l'individu à se repenser en tant qu'être et dans son ambivalence fondamentale entre corps et esprit.

Depuis les années 1970, la révolution du numérique et des biotechnologies marque une nouvelle ère dans l'imaginaire des sciences et des techniques. Aujourd'hui, l'automate des frères Droz et d'Hoffmann a cédé sa place à l'intelligence artificielle, au cyborg, au clone, au mutant et autres robots androïdes. La frontière entre le corps humain et un corps autre, que ce dernier tende vers le monstrueux, le machinique, le radicalement différent ou bien vers la réplique, le double et le trouble du trop identique, se trouve à nouveau au coeur d'un imaginaire qui repose la question de la définition de la personne humaine par la représentation du corps, en offrant souvent de celui-ci une version « améliorée ». Ce terme, déjà, polarise les positions : il fait frémir ceux qui voient là une déshumanisation de l’espèce et encourage au contraire ceux qui espèrent voir ainsi l’humanité développer de nouvelles potentialités (sur le plan de la longévité, des processus cognitifs) et surpasser la nature. Les années 1990 ont marqué un tournant dans la réflexion philosophique, anthropologique, artistique et politique sur les devenirs de l'humain ouverts par la science. Le « manifeste » de Donna Haraway, les écrits de Francis Fukuyama ou de Dominique Lecourt, les polémiques déclenchées par Peter Sloterdijk ou les réflexions de Katherine Hayles, de Bernard Andrieu, Jean-Michel Besnier, Neil Badmington ou Bernard Stiegler témoignent de l'importance prise par l'hypothèse et la signification du posthumain. Que signifie un corps posthumain ? Quelles mutations sont induites par une posthumanité qui s'incarnerait dans la mutation du corporel ? Comment les arts représentent-ils cet impensable ? Quels genres littéraires sont privilégiés pour cette exploration ? La littérature de l'imaginaire est-elle toujours le lieu privilégié où prend corps cette réalité troublée et troublante qui semble de plus en plus vraisemblable ? Quels nouveaux médias pourraient permettre de représenter cette nouvelle forme d'altérité ? L'image fixe ou animée a-t-elle un rôle central à jouer dans cette dynamique de la représentation d'un corps à la fois autre et semblable, un double qui déclenche des affects inquiétants comme l'évoque le terme « uncanny valley », cette vallée dérangeante ou le même et l'autre se confondent et sèment le trouble de l'inquiétante étrangeté ? Le potentiel des biotechnologies suffit aujourd’hui à provoquer d’amples débats qui opposent souvent (pour reprendre les termes du philosophe Dominique Lecourt) les « biocatastrophistes » et les « techno-prophètes ». Ceux-ci s’affrontent aussi parfois dans la fiction.

Frontières, transgression, imprésentable, voire innommable, Otrante, une revue qui se penche sur les arts et les littératures fantastique, se devait de proposer d'explorer ces mutations du corps dans les arts contemporains.

AUTEUR(S)

  • A. Regnauld, "La prothèse et l'apocalypse : The Flame Alphabet de Ben Marcus"
  • Isabelle Boof-Vermesse, "Corps virtuels et genres"
  • Claire LeGall, "La monstruosité des corps posthumains dans Glasshouse de C. Stross"
  • Claire Larsonneur, "En l'espèce? Variations du corps humain chez Mitchell et Winterson"
  • Melanie Joseph-Villain, "Contagions posthumaines : corps malades, corps augmentés, corps post-coloniaux"
  • Laurence Dahan-Gaida, "'Au-delà de nature et culture' : du corps biologique au corps-flux des fictions posthumaines"
  • Jean-François Chassay, “L’hermaphrodite et Big Brother: les romans de Karoline Georges”.
  • Hélène Machinal, "Résurgence des figures mythiques et mutations du corps humain dans l'imaginaire contemporain, l'exemple de quelques séries : Fringe, Dark Angel, Dollhouse, Continuum, Orphan Black."
  • Elaine Després, « La monstruosité normalisée de l'homme prothésique : Limbo de Bernard Wolfe »
  • Pierre Cassou-Noguès, « Trois modalités du corps posthumain : transparence, dissémination, abstraction"
  • Sylvie Allouche, "Émergence de la figure du cyborg en science, fiction et philosophie"
  • Marianne Cloutier, “Le désordre (bio)technologique: explorations artistiques de la notion de frontière”
  • Jessica Guillemette, "Au-delà du miroir: corps emprunté et brouillage identitaire".




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.